L’édito du mois de mai

Au mois de mai, honorer et prier la Vierge Marie, Mère de miséricorde

Illustration_bulletin_mai16

Le pape François nous invite à nous tourner vers Marie, Mère de miséricorde, « que la douceur de son regard nousaccompagne en cette année sainte, afin que tous puissent redécouvrir la joie de la tendresse de Dieu » (Le Visage de la Miséricorde, n°24).

Comment comprendre ce titre de Marie, Mère de miséricorde ? Depuis le concile d’Ephèse, en 431, Marie est déclarée theotokos, Mère de Dieu. Ce concile reconnaît par-là l’unique personne du Christ en sa double nature : parfaitement homme, parfaitement Dieu. Marie est appelée Mère de miséricorde en tant qu’elle est Mère de Jésus, vrai homme et vrai Dieu, et donc Mère de Dieu. Ainsi Marie est choisie pour être toujours en union et en coopération avec l’action de son fils, Jésus, qui est le visage de la miséricorde du Père. « Tout en Lui parle de miséricorde. Rien en Lui ne manque de compassion » (Le Visage de la Miséricorde, n°8).

 

À l’Annonciation (Luc 2, 26-38), elle accueille la présence de l’Esprit, et croit à la parole en répondant à l’ange « voici la servante du Seigneur, que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1,38) : la miséricorde permet de répondre à Dieu humblement. Marie met toute sa vie de femme, épouse et mère au service de Jésus et de son projet divin. Lors de la Visitation (Luc 1, 39-56), imprégnée de miséricorde dans sa chair et dans son histoire, elle va la porter à sa cousine Elisabeth. Aux noces de Cana (Jean 2, 1-12), elle a le souci de tout, elle pose un regard d’attention maternelle aux autres ; « comme le vin manquait, la mère de Jésus lui dit : ils n’ont pas de vin». Ainsi, après avoir porté le Fils de Dieu en son sein, Marie porte nos prières jusqu’à Lui et intercède auprès de Lui. Comment à notre tour sommes-nous attentifs aux besoins des autres, matériels, physiques et spirituels ? Comment notre vie témoigne-t-elle de la tendresse de Dieu pour tous ?

 

Au pied de la Croix (Jean 19, 25-27), Marie est silence, son Fils, Verbe fait chair, est crucifié. Près de la Croix, avec le disciple Jean, elle est témoin des paroles de pardon qui jaillissent des lèvres de Jésus. Marie atteste que la miséricorde du Fils n’a pas de limite et rejoint tout un chacun sans exclure personne. Sa miséricorde rejoint tout ce qui abime notre relation aux autres et à Dieu. Comme à PONTMAIN, Marie, mère du crucifié, nous montre son Fils, visage de pardon, du don total dans l’amour. Demandons à Marie de nous apprendre comment être présents auprès de ceux qui souffrent, et toujours confiants dans l’amour miséricordieux de Dieu qui va jusqu’à nous donner sa mère. Prions Celle qui connaît la joie de la résurrection de Jésus.

 

En mai, franchissons la porte ! Celle de la chapelle Notre Dame du PONT-AUBRAY, à LANDIVY, où il y aura une prière mariale (30 mn) ouverte à tous, le dimanche 8 mai à 15 h. Celle de la chapelle Notre Dame de COURBEFOSSE, à FOUGEROLLES du PLESSIS, où la messe sera célébrée le mardi 31 mai à 18 h pour la fête de la Visitation. À tout âge, en famille, avec des amis, en paroisse, soyez des pèlerins de Marie, Mère de miséricorde !

P. Jean-Marie VERON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.