Spiritualité : la prière

Un moyen très simple pour ne plus être distrait dans sa prière

Si vous aussi, vous êtes constamment distraits quand vous essayez de parler à Dieu, pensez à cette image du coup de téléphone.

Combien de fois, alors que nous espérons vivre un temps de prière de qualité, notre esprit s’égare dans des méandres qui n’ont rien à voir avec Dieu ? Ce phénomène peut être frustrant car la plupart du temps, notre désir de prier est bien réel, mais nous sommes simplement trop distraits. Pourquoi cela arrive-t-il et comment y remédier ? Partons d’une comparaison simple, et imaginons que la prière est comme un coup de téléphone avec un ami.

L’une des erreurs que nous commettons tous fréquemment est de penser que quand nous prions, nous sommes ceux qui prenons le téléphone, composons le numéro et attendons que Dieu décroche de l’autre côté. Dans cette conception des choses, nous sommes à l’initiative de la prière et Dieu est celui qui est censé répondre. Et quand nous n’entendons pas Dieu décrocher le téléphone, notre esprit commence à s’ennuyer et se met en quête de distractions.

Or il faut inverser le paradigme ! Car en réalité, nous ne sommes jamais à l’initiative de la prière. Voici ce que dit le Catéchisme de l’Église catholique : « Dieu, le premier, appelle l’homme. » Que l’homme oublie son Créateur ou se cache loin de sa Face, qu’il coure après ses idoles ou accuse la divinité de l’avoir abandonné, le Dieu vivant et vrai appelle inlassablement chaque personne à la rencontre mystérieuse de la prière. Cette démarche d’amour du Dieu fidèle est toujours première dans la prière, la démarche de l’homme est toujours une réponse (CEC n°2567). Nous avons tendance à oublier que Dieu frappe toujours à notre porte. Il attend et espère que nous nous mettions en prière, mais Lui est déjà là. Cette vérité nous a été révélée dans l’Évangile de Jean lorsque Jésus dit : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis. » (Jn 15, 16)

Dieu à l’autre bout du fil.

Si on reprend l’image du téléphone, en réalité, elle fonctionne donc dans l’autre sens. Quand nous nous mettons en prière, nous décrochons enfin le téléphone qui a sonné toute la journée. Dieu est déjà présent à l’autre bout du fil. C’est quelque chose dont nous n’avons pas suffisamment conscience. Il est trop facile de croire que la prière vient de notre propre initiative et d’attendre que Dieu réponde à nos besoins. Nous ne réalisons pas que notre prière est en réalité une réponse à l’amour de Dieu, et que Dieu est toujours là, disposé à entendre toutes nos demandes. 

Pourquoi cette nouvelle vision des choses nous permettrait-elle d’être moins distraits ? Car avant même d’entrer en prière, nous reconnaissons que Dieu nous attend. En ayant cela à l’esprit, nous lui laissons prendre le contrôle et l’imaginons déjà présent dans la pièce avec nous, prêt à nous écouter. En prenant conscience de cette présence de Dieu et de son désir de nous communiquer son amour dans la prière, celle-ci ne peut que démarrer du bon pied. Au lieu d’attendre que Dieu arrive, nous réalisons qu’Il est déjà là, qu’Il est en fait toujours là pour nous délivrer un message qui, jour après jour, vient transformer nos vies.

Site internet Aleteia

N.B. Aleteia est un quotidien d’information et de formation sur internet. Le site est publié en sept langues (anglais, français, portugais, espagnol, italien, arabe et polonais) sur les cinq continents. Depuis son lancement en 2013, il est devenu le premier site catholique au monde.

Prières

LUMIÈRE POUR VEILLER

Trop d’obscurités détruit l’espérance.
Dans l’obscurité de la guerre et des haines,
de la faim, du mépris et de l’exclusion,
comment espérer que se lèvera le jour
d’un monde fraternel, enfin vivant ?

Il nous faut une lumière
qui transforme ces nuits en jour
et nous tienne éveillés, debout,
pour apporter la réconciliation
partout où les haines et les guerres divisent ;
pour rassasier de pain et d’amour
ceux qui ont faim de justice ;
pour offrir l’amitié et le respect
à ceux qui subissent le rejet et le mépris ;
pour allumer dans toutes les nuits du désespoir
la lumière de l’espérance et du triomphe de la vie.

Le Christ Jésus, qui est venu et qui vient,
est la lumière qui nous empêche de nous endormir,
qui éclaire les chemins à tracer au sein de l’obscurité,
et remet debout nos cœurs et nos corps fatigués.

(Auteur inconnu)

LA NUIT DE LA LUMIÈRE

Dans l’obscurité de nos peurs
et de nos malheurs,
une lueur d’espoir germe…
Dans l’ombre de la solitude
et de la misère,
un feu de tendresse naît…
Dans les ténèbres de la violence
et de la mort,
la clarté d’une joyeuse nouvelle grandit…

Aujourd’hui,
la Lumière de Dieu est plantée
dans la nuit de la terre :
c’est Noël !

Aujourd’hui,
la nuit est plus claire que le jour !
Dieu se fait enfant.
C’est Noël !
C’est la nuit de la Lumière !

(Marie-Jeanne Cura).

LA PAIX QUE TOI SEUL PEUX DONNER

O doux Enfant de Bethléem,
accorde-nous de communier de toute notre âme
au profond mystère de Noël.

Mets dans le cœur des humains
cette paix qu’ils recherchent parfois si âprement
et que Toi seul peux leur donner.

Aide-les à se connaître mieux
et à vivre fraternellement
comme les fils d’un même Père.

Découvre-leur aussi Ta beauté,
Ta sainteté et Ta pureté.

Éveille dans leur cœur
l’amour et la reconnaissance
pour Ton infinie bonté.

Unis-les tous dans Ta charité
et donne-nous Ta céleste Paix.

Jean Debruynne : Revue “Prier”, Belgique.